L’usine de Mécanique installe ses 1ers robots collaboratifs

Innovation et ergonomie

Faire travailler dans un même environnement un Homme et un robot, est devenu réalité à l’usine de Mécanique de Mulhouse. Fini le robot dans un ilôt, place au robot collaboratif, placé dans l’environnement proche de l’opérateur pour l’aider dans ses tâches. Le projet, suivi par Vincent Haby, chargé d’affaires, a germé début 2018 et les premières commandes ont été passées en mai au fabricant FANUC et à l’intégrateur FIRAC. Deux robots ont été installés avant les congés de Noël, permettant de réaliser les mises au point des nombreux capteurs qui équipent ces robots nouvelle génération, les premiers de ce type installés sur le Pôle de Mulhouse.

La vision 3D

La richesse de ce projet réside dans la vision 3D : deux caméras scannent des franges d’une lumière bleue, les pièces dans le container, et ce quelque-soit leurs positions. L’information, une fois remontée au robot, indique la prochaine pièce à chercher ainsi que son orientation. Ces robots sont également équipés de capteurs d’efforts. L’essai est impressionnant, à la moindre anomalie de contact, le robot se stoppe net. Recouvert de mousse et fonctionnant à faible vitesse, ce robot interagit en toute sécurité dans l’environnement du collaborateur. Francis, utilisateur de ce nouveau dispositif témoigne « au début, il faut s’habituer, mais je pense qu’avec le temps, c’est mon dos qui me dira merci !».

Réduction du port de charge

Installés aux postes de chargement de la TRC1 et la TRC4 qui usinent les pivots, le robot collaboratif prend un pivot dans le container et le pose sur une platine. Le collaborateur quant à lui approvisionne les containers à l’aide d’un nouvel outil, le poussoir électrique autonome qui permet de déplacer la charge sans contrainte. Il assiste le robot dans sa tâche (retrait des intercalaires, ouverture du container sur le côté, relance du robot si une anomalie est détectée…). L’opérateur a une mission essentielle dans le bon déroulement des opérations, c’est lui qui est le garant du bon fonctionnement et de l’approvisionnement.

Ainsi, le robot collaboratif améliore l’ergonomie au poste, puisque l’opérateur n’a plus qu’une prise de pièce à la sortie de la TRC au lieu de deux auparavant (entrée et sortie). Sachant qu’un pivot pèse 6 kilos à raison de 700 pièces par tournée, le gain est considérable une fois divisé par deux !

Vincent travaille déjà sur les prochaines évolutions, visant à améliorer la localisation du container dans l’espace. Il a toujours à faire dans le cadre de l’amélioration permanente !