K0 fait son show

La fête de lancement K0 a remporté un franc SUCCES ! Plus de 3600 visiteurs ont franchi les portes de l’usine. Cela a été l’occasion pour chaque salarié de faire découvrir à sa famille et à ses proches son univers de travail et le K0.

Christophe est assis sur le siège passager d’un magnifique SpaceTourer Bleu. Il a laissé le volant à sa femme, Delphine, pour un essai sur les pistes du site.

Elle en descend après avoir pu tester les qualités routières de ce véhicule qu’elle découvre. « C’est une voiture vraiment agréable à conduire, souple, malgré sa grande taille. On y est bien installé et il y a de la place ; j’apprécierais d’en avoir une », lance-t-elle en souriant à son mari ! Christophe est d’accord, non pas pour lui offrir (en tout cas, pas tout de suite), mais sur le fait que « c’est vraiment une voiture agréable, dont on ne se rend pas compte de la taille et du poids quand on la conduit, même lors des virages serrés ». « C’est bien que cette fête nous donne l’occasion de tester K0 », ajoute Delphine.

Et K0 elle connaît, elle en entend parler à la maison par Christophe qui est RG au Montage et qui lui relate le lancement. Elle est d’autant plus intéressée que l’usine, elle la connait aussi pour y avoir travaillé pendant quelques temps : « j’ai fait 1 an en Peinture et ensuite j’ai effectué différentes missions d’intérim au Montage et au Ferrage. On entend parler de transformations, de modernisation ; c’est bien pour l’avenir de l’usine » conclut-elle en emmenant son mari vers le stand du petit train pour aller enfin revoir les ateliers.

1′ 56” 02 ! Le temps vient de tomber. Karim ne sera pas le premier à l’exercice de vissage. « Pas si simple ! Il faut une certaine dextérité et une bonne coordination dans les gestes », constate-t-il ! C’est sa sœur Déborah qui l’a invité à participer à la fête et il a été attiré par ce stand : « Ce genre d’exercice permet de prendre conscience de la difficulté du métier de monteur en ligne ». Rien à voir avec le sien… même s’il est en relation avec des entreprises comme Sevelnord, en tant que Chef de Travaux dans un Lycée Professionnel.

Kéo et Stéphanie viennent tous les deux aussi d’essayer la voiture. « On est à l’aise en tant que conducteur, il y a beaucoup de place, les vitesses passent  bien » commentent-ils. « Ça nous change du C4 Picasso » lance Stéphanie.

Quant à l’usine, ils l’ont visité juste avant, avec leurs enfants Noa, Lana et Lucas.

C’est la première fois pour cette famille qui vient d’Aulnay. « Quand l’usine a fermé, on a choisi de demander une mutation ici ». Et quand on leur demande de comparer les deux usines, Kéo explique « c’est différent, à Aulnay on faisait des petites voitures ; ici elles sont beaucoup plu grandes. Mais, globalement, ça parait mieux organisé ».

La visite, en tout cas, a plu aux enfants. « On a vu le travail de papa » lance Noa. « Et aussi Gozilla » ajoute Lana. Gozilla, mais qu’est-ce donc ? « C’est le plus grand robot d’Europe » explique Stéphanie, fière de montrer qu’elle a retenu le message énoncé dans le petit train. Mais quant à décrire ce qu’il fait : « Il prend plein de choses pour les assembler ensemble… je crois ». Et même si l’explication n’est pas précise, on aura compris dans ses propos que cette visite leur aura été instructive et captivante.

« C’est vraiment bien organisé », déclare Bernard à Estelle en descendant du petit train qui leur a permis de visiter le site. « Et puis, c’est bien qu’ils aient mis des robots en fonctionnement », précise Estelle, en regardant ses petits enfants qui les accompagnent : « ça leur plaît, ils sont attirés par toutes ces machines ». Méliano et Dolian sont sages ; ils en ont plein les yeux… et sûrement aussi plein les jambes, d’avoir parcouru tout le site. « On a fait tous les jeux, on a mangé sur place, on vient de faire la nacelle et le petit train ; c’est génial » déclare Bernard qui travaille aux Transport Leroy et qui a été invité en tant que partenaire.

Il ne leur reste donc plus qu’à tester le K0. « Ah bon, on peut même essayer la voiture ? » s’étonne-t-il, en regardant son épouse. Pas le temps de se reposer et hop, les voilà partis en direction du stand des essais véhicules !

Une autre famille descend du petit train ; c’est celle de Bruno qui travaille au Service Qualité du Ferrage. Il est venu avec son épouse, ses filles, ses beaux-fils et son petit garçon Lucas. « Ça a beaucoup plu à Lucas cette visite » déclare Bruno. « A nous aussi » précise sa fille en ajoutant sur le ton de la plaisanterie « ce n’est pas si mal, par rapport à ce qu’il nous raconte ! ». Tous sont conquis par la visite : « c’est impressionnant de voir comment tout est très organisé, en particulier dans le domaine de la logistique ».

« L’usine évolue » poursuit Bruno « et c’est une bonne chose ; Et K0, c’est un beau challenge, qu’on va relever, c’est sûr ! ». L’autre challenge, c’est de poursuivre cette visite de tous les stands répartis sur le site. « On est quand même là depuis ce matin », lance la fille, « on va être fatigués ! ». « Pas grave » rétorque Bruno d’un clin d’œil, « on se reposera demain, au boulot ! »

2 magnifiques K0 trônent au milieu de la pelouse face à la pyramide. Au-dessus, de longs rubans vert et bleu décorent cette élégante scène ; l’endroit idéal pour une photo de famille. « Il nous a tellement parlé de son travail, qu’on a eu envie de venir voir » lance la maman de Samuel. Ce dernier travaille dans l’atelier de transformation, qu’il espère pouvoir montrer, même rapidement, à ses parents : « j’ai eu l’occasion de visiter l’usine de mon père ; là, on fait la réciproque. C’est bien qu’il y ait une fête comme ça pour qu’on partage le lancement de K0 en famille ».

Dans la salle polyvalente transformée en showroom, il y a un concert de klaxon. « Ce sont les enfants qui jouent, c’est normal » explique Olivier.

Lui fait partie des nombreux salariés mobilisés pour l’événement. Il est présent sur ce stand pour apporter toutes les explications aux nombreux visiteurs venus découvrir la gamme K0 complète exposée ici. Le véhicule, il le connaît bien. « Je travaille sur le projet K0 ; j’en suis le responsable de planning » précise-t-il. Et des questions, il en a eu beaucoup : « les gens me demandent les tarifs, les options, … J’ai souvent aussi des questions en rapport avec leur métier, comme tout à l’heure, un salarié de UMV qui voulait connaître le type de boîte de vitesses. »

Il observe aussi les réactions et écoute les commentaires : « les gens aiment bien s’imaginer propriétaire du véhicule lorsque qu’ils s’assoient au volant, ou qu’ils essayent les différentes places à bord. » Mais ce qu’il constate le plus de la part des salariés, c’est un sentiment bien spécifique : « on ressent la fierté de pouvoir montrer l’auto, la fierté d’être acteur de ce beau projet ! »

Jean-Claude semble heureux et il le répète inlassablement : « Ah, je suis content ! » Mais qu’est-ce qui met Jean-Claude en joie ? « J’ai gagné au tirage au sort 2 places pour le salon de Paris » dit-il. « Et mon copain aussi ! »