Notre histoire

L’aventure industrielle de la marque Peugeot commence en 1810 dans le Pays de Montbéliard et passe par le travail de l’acier, la fabrication d’outils, de moulins à poivre ou à café.

Le premier véhicule automobile portant le nom de Peugeot naît en 1889 à quelques kilomètres de Sochaux, sous l’impulsion d’Armand Peugeot. Ce projet utopique au départ connaît à la fin du 19ème l’évolution que l’on connait et la place vient à manquer dans des ateliers consacrés à de multiples productions, d’où l’idée d’acheter des terrains à Sochaux et Montbéliard ; pour y bâtir une usine comparable à celles que l’industrie américaine exploite à Détroit.

L’entreprise achètera dès 1912 une partie de ses actuels terrains, au départ pour y fabriquer des camions. La première guerre mondiale marque l’arrêt de ce projet, qui ne démarrera réellement qu’une fois la paix revenue. La production automobile ne débutera réellement qu’à la fin des années 20.
L’histoire de Sochaux, c’est avant tout celle de quelques modèles remarquables…

 

201

La Peugeot 201 est la première voiture produite en grande série à Sochaux, dans des bâtiments construits pour l’occasion. Le site en produira près de 90000 de 1929 à 1937. Les bâtiments sont toujours là : ils accueillent aujourd’hui l’Emboutissage ou le Ferrage.

201 inaugure la numérotation à trois chiffres avec le zéro central, la signature des véhicules Peugeot à travers le monde. Le premier chiffre indique la “famille” du véhicule, sa taille dans la gamme, le second, systématiquement un zéro, est le maillon qui relie le chiffre d’appartenance à une famille et le troisième chiffre qui indique la génération du modèle selon son apparition dans le temps. Depuis, la marque a créé le double zéro, porté avec fierté par le Peugeot 3008.

402

En présentant ce véhicule en 1936, Peugeot devance ses concurrents avec un modèle très aérodynamique, aux phares abrités derrière la grille de calandre…

On l’appellera le “fuseau Sochaux”. Ce modèle sera produit jusqu’à l’occupation.

203

Première nouveauté Peugeot de l’après-guerre, 203 est dévoilée en 1948. C’est une voiture dont le projet est né pendant la guerre dans le plus grand secret.

203 est un véritable succès, premier symbole du renouveau de l’après-guerre.

403

403 est lancée en 1955. Sochaux compte alors 15.000 salariés.

Un an plus tard, le premier ordinateur IBM fait son entrée dans l’usine pour gérer les approvisionnements.

404

En 1960, lorsqu’apparait 404, Sochaux produit 260.000 voitures par an et compte 23.000 salariés. La route nationale traverse encore l’usine d’ouest en est, et les bâtiments industriels sont répartis de chaque côté.  Cette route ne fera le tour du site qu’une dizaine d’années plus tard.

Les années 60 marquent le début de la réorganisation de la marque. Progressivement, Peugeot restructure sa production en confiant la fabrication de certaines pièces à des fournisseurs et en transférant certaines fabrications à d’autres sites, comme celui de Mulhouse. En 1968, apparait la 504 à Sochaux ; elle ne quittera le site franc-comtois qu’en 1985 !

505

505 apparaît en 1979 avec un moteur injection directe essence, et un toit ouvrant électrique en option. Sur la custode arrière, un autocollant « un constructeur sort ses griffes ». Le site compte 39.000 salariés en 1979, un record. A partir de cette année-là, les effectifs diminueront d’année en année : Sochaux transfère de plus en plus de productions de sous-ensembles à des équipementiers, et la robotisation remplace des postes de travail hier difficiles.

605

En 1989, 605 rejoint 405 sur les lignes de production de Sochaux. Le constructeur affiche « sa volonté de voir grand » avec ce haut de gamme français. Sochaux lance tour à tour plusieurs ateliers conçus comme des cathédrales industrielles : Habillage Caisse, puis les ateliers Fonds et Laques. Ces ateliers sont gagnés sur la rivière, qui rejoint le canal pour l’occasion.

22 millions de véhicules plus tard….

Les hommes et les femmes de PSA à Sochaux sont aujourd’hui les héritiers des dizaines de milliers d’ouvriers, de techniciens, d’agents de maitrise et d’ingénieurs qui se sont succédé et ont apporté leur créativité et leur passion à l’Automobile avec un grand « A ».

Sochaux, c’est l’histoire de cette fierté du travail industriel de plus d’un siècle, traversé parfois par des périodes difficiles comme les deux guerres mondiales, les crises économiques, les conflits sociaux. En réponse à ces événements, les sochaliennes et les sochaliens ont toujours su trouver des solutions innovantes qui font qu’aujourd’hui ce site majeur du groupe PSA a un présent et un futur.